DELGRES

C'est la rencontre avec une guitare qui a tout déclenché!
Ce vieux Dobro couvert de palmiers a permis a des choses enfouies depuis des annees de sortir au grand jour, peu a peu, comme on sort d'une caverne apres y avoir longuement séjourné.
Un sentiment, un étirement du temps , proche du chant des ancetres maliens a pris corps en glissant un bottleneck sur ces cordes fatiguees.

Les voix des vieux heros oublies de la guadeloupe, petits ou grands sont revenu murmurer a l'ame de Pascal Danae. Parmis elles, celle de Louis Delgres, officier metis qui combattit jusqu'a la mort le retablissement de l'eclavage par Napoleon en 1802 en guadeloupe.
Et une lettre au papier jauni...
La lettre d'affranchissement de Louise Danae, 27 ans et de ses trois enfants rendus libres en 1841. Ou encore le souvenir de ce grand frere aventurier partit trop tot...
Pascal ferme les yeux et peu a peu les chansons naissent... Une nouvelle vie commence, un coeur bat !

Ce coeur a le son de la batterie de Baptiste Brondy, batteur rencontré au sein du groupe
Riviere Noire ( victoire de la musique 2015 ) que Pascal a co-fondé.
Baptiste c'est le pouls de ce blues organique. Pascal et lui respirent au meme rythme. Tout n'est qu' instinct, animal…

Manque pourtant un souffle a ce duo.
Depuis longtemps Pascal revait de cette basse de rue, infante de la Nouvelle-Orleans qui defile entre canal et salon. Un son brut et chaud, cabossé et cuivré qui fait marcher meme les paumes, au pas de l'espoir!
C'est un ancien prof de fac de Danae, slide guitariste également, qui lui presente le Sousaphone (gros tuba) de Rafgee. Rafgee est un fou unique capable entre autre de marier Moussorsky a la mazurka au sein d'une fanfare mandingue...!

Le resultat est un power trio d'un genre nouveau. Trempé de blues, sur le versant le plus africain de la culture caraibe, ouvert sur l'urbain et le monde. Loin de toute nostalgie repetitive, un son actuel, entre Tinariwen et les Black keys enraciné dans la tendresse infinie des heros oublies. Le chainon manquant? Delgres.

C'est la rencontre avec une guitare qui a tout déclenché!
Ce vieux Dobro couvert de palmiers a permis a des choses enfouies depuis des annees de sortir au grand jour, peu a peu, comme on sort d'une caverne apres y avoir longuement séjourné.
Un sentiment, un étirement du temps , proche du chant des ancetres maliens a pris corps en glissant un bottleneck sur ces cordes fatiguees.

Les voix des vieux heros oublies de la guadeloupe, petits ou grands sont revenu murmurer a l'ame de Pascal Danae. Parmis elles, celle de Louis Delgres, officier metis qui combattit jusqu'a la mort le retablissement de l'eclavage par Napoleon en 1802 en guadeloupe.
Et une lettre au papier jauni...
La lettre d'affranchissement de Louise Danae, 27 ans et de ses trois enfants rendus libres en 1841. Ou encore le souvenir de ce grand frere aventurier partit trop tot...
Pascal ferme les yeux et peu a peu les chansons naissent... Une nouvelle vie commence, un coeur bat !

Ce coeur a le son de la batterie de Baptiste Brondy, batteur rencontré au sein du groupe
Riviere Noire ( victoire de la musique 2015 ) que Pascal a co-fondé.
Baptiste c'est le pouls de ce blues organique. Pascal et lui respirent au meme rythme. Tout n'est qu' instinct, animal…

Manque pourtant un souffle a ce duo.
Depuis longtemps Pascal revait de cette basse de rue, infante de la Nouvelle-Orleans qui defile entre canal et salon. Un son brut et chaud, cabossé et cuivré qui fait marcher meme les paumes, au pas de l'espoir!
C'est un ancien prof de fac de Danae, slide guitariste également, qui lui presente le Sousaphone (gros tuba) de Rafgee. Rafgee est un fou unique capable entre autre de marier Moussorsky a la mazurka au sein d'une fanfare mandingue...!

Le resultat est un power trio d'un genre nouveau. Trempé de blues, sur le versant le plus africain de la culture caraibe, ouvert sur l'urbain et le monde. Loin de toute nostalgie repetitive, un son actuel, entre Tinariwen et les Black keys enraciné dans la tendresse infinie des heros oublies. Le chainon manquant? Delgres.

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article