SALIM JAH PETER

Salim Jah Peter est né le 5 juin 1973 à Niamey au Niger. Sa grand-mère maternelle Fatimata a bercé sa jeunesse de chants traditionnels. C’est son parrain, Lenny Garden, métis afro-américain en poste à Niamey qui révéla ses dons artistiques. En 1989 à Niamey, Salim Jah Peter forme le groupe de danse New Generation et décide de se consacrer à la musique. Il rencontre Féla Kuti au Nigeria en 1990 et commence un périple à travers L’Afrique de l'Ouest qui le conduit à s’installer en Côte-d’Ivoire.

De 1994 à 1998, Salim Jah Peter chante avec le groupe afro-reggae Mystic Vibration. Il rencontre sur la route Alpha Blondy, Tiken Jah Fakoly,

Rita Marley, Ky-Mani Marley, Ijahman Levy, Lucky Dube, Sista Carol, Michael Rose, chacun lui prodiguera ses conseils. Le reggae man africain auteur, chanteur, compositeur crée un nouveau style, le Hayé Hayé Groove, mélange de musique traditionnelle nigérienne, de blues et d’afro beat. En 1998, Salim Jah Peter crée le groupe Mystic Ténéré à Abidjan (Côte d’Ivoire) avec lequel il tourne dans plusieurs pays d’Afrique. En 2002 ‘le sorcier du Ténéré’ quitte la Côte d’Ivoire en guerre et rentre au Niger pour sortir son premier single Le message de Jah (2003) qui trouvera un bon écho à travers le continent. Résidant à Paris depuis 2004, Salim Jah n'a cessé de nous faire voyager dans une Afrique où les djinns du désert du Ténéré et du fleuve Niger chuchotent à l’oreille de l’étranger.

Artiste engagé, Salim sort exclusivement au Niger son album « Les Vautours » (2007), suivi par le single La paix au Niger (2008). En 2009, réagissant toujours à l’actualité politique sort dans l’urgence son deuxième album « Hold-up de pouvoir », lequel sera censuré au Niger dès sa sortie. Il faudra attendre le coup d’état du 18 février 2010 pour que l’artiste, après 3 années d’interdiction puisse enfin rentrer dans son pays natal. Son cri du cœur pour la paix l'amène à mettre en place le projet « La caravane pour la paix, la démocratie et la réconciliation nationale » : une énorme tournée qui a eu lieu en 2010 dans tout le Niger.

Porté par son message d'amour et de convictions, l’artiste réussit son pari de réconcilier les Nigériens. De sa voix rauque et reconnaissable, Salim Jah Peter dénonce les fléaux de l'humanité, milite pour la liberté des hommes à penser, créer et à disposer d'eux-mêmes. Il chante les espoirs et les interrogations de ceux qui n’ont pas la parole.