WILLIAM Z.VILLAIN

William Z. Villain, un nom qui sonne tout autant que sa musique. Originaire du Wisconsin, cet amateur de chats, maraîcher bio à ses heures perdues, joue une musique aux influences aussi variées que le rebétiko, la musique afrocubaine et le blues. Il y a cinq ans il eut la bonne idée d’acquérir une guitare National Resonator blanche, grâce à l’argent d’une grande tante aujourd’hui disparue. Cette guitare a été modifiée pour soutenir 8 cordes. Auteur du tubesque Anybody gonna move, l’américain aura enchanté l’hexagone en février 2017 lors de la tournée des Nuits de l’alligator. Celui qui a signé sur le label Normandeep blues Records, revient donc parcourir les scène de France au grand bonheur de son public.

@latraverse

William Z. Villain, un nom qui sonne tout autant que sa musique. Originaire du Wisconsin, cet amateur de chats, maraîcher bio à ses heures perdues, joue une musique aux influences aussi variées que le rebétiko, la musique afrocubaine et le blues. Il y a cinq ans il eut la bonne idée d’acquérir une guitare National Resonator blanche, grâce à l’argent d’une grande tante aujourd’hui disparue. Cette guitare a été modifiée pour soutenir 8 cordes. Auteur du tubesque Anybody gonna move, l’américain aura enchanté l’hexagone en février 2017 lors de la tournée des Nuits de l’alligator. Celui qui a signé sur le label Normandeep blues Records, revient donc parcourir les scène de France au grand bonheur de son public.

@latraverse

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article