ADRIEN CHICOT

Site officielhttp://www.adrienchicot.com/

Né à Paris en 1977, Adrien Chicot grandit dans un environnement propice à favoriser, dès son plus jeune âge, sa sensibilité artistique. C’est à 12 ans qu’il commence à apprendre, en autodidacte, le piano avant de décider, à sa majorité, de dédier sa vie à cet instrument. Travailleur entêté, il entrevoit rapidement les enjeux du jazz et relève dés lors, et chaque jour, le défi d’en maîtriser les codes.

Ce n’est qu’après plusieurs années de découverte solitaire qu’il s’inscrit à l’American School Modern Music, en 1997, pour confronter ses acquis à une méthodologie plus confirmée. En 2001, il devient élève de l’IACP, école dont les frères Belmondo ont la direction, et aux côtés de qui il jouera rapidement après. Il y prend des cours de piano, entre autres, auprès de Laurent Fikelson. C’est pendant ces années d’apprentissage qu’il rencontre plusieurs musiciens qui, quelques années plus tard, feront de lui leur précieux sideman.

Décidant d’allier instantanément théorie et pratique, c’est pendant ses études qu’il commence, aux côtés d’Alexandre Freiman et de Julien Alour, de se produire toutes les semaines. Ces précieux premiers rendez-vous musicaux, dans des contextes convivialement très animés, aiguisent sa force de jeu et enveloppent à jamais ses convictions d’une quête passionnée.

Il s’impose dès lors sur la jeune scène du jazz français autour des projets de quelques compères musiciens (Samy Thiebault, Jean-Philippe Scali, Robin Nicaise, Julien Alour) devenant le reflet sûr d’un jazz emprunt des influences les plus classiques (Oscar Peterson, Winton Kelly, Sonny Clark, Hampton Hawes, Duke Ellington, Thelonious Monk, Red Garland, Mc Coy Tyner etc.) mais toujours concerné par la maitrise aiguisée du jazz actuel.

Sa musique très instinctive, marquée d’une profonde sensibilité, engage son rôle dans la rythmique de chaque formation tout en laissant entrevoir quelque poésie harmonique.

Il participe depuis à de prestigieux festivals de jazz (Marciac, Vienne, Sète, Ramatuelle etc.

) et joue dans les clubs les plus réputés de France.

Fort de ses années de pratique enjouée, il compose récemment de nombreux morceaux, dont quelques uns apparaitront sur son premier album, qu’il choisit d’enregistrer avec Jean-Pierre Arnaud et Sylvain Romano. C’est sous la forme basique et pure du piano trio qu’il décide de révéler son interprétation personnelle des héritages inlassables de cette musique.

Commentaires (0)

Connectez-vous pour commenter cet article