MIHUMA

Entre Gainsbourg, Bashung et Renaud, Mihuma a décidé de ne pas choisir. Cœur de rappeur, âme de poète, multi-instrumentiste autodidacte, Mihuma traverse les styles comme le voyageur les pays : avec goût et intérêt, jamais en touriste. Adepte de la prise de risque artistique, il joue avec les influences et côtoie aisément le rock autant que le rap. De nature expérimentale, sa musique sert surtout ses mots, souvent poétiques, acerbes et critiques, toujours percutants. Mihuma a des messages, et il compte bien les faire passer. Coûte que coûte.

Il s'est fait connaître via l'album Music'All véritable OVNI réunissant Oxmo Puccino, Féfé, Casey ou encore le célèbre Sidney H.I.P H.O.P. Les concerts qui en ont découlé entre 2008 et 2010 l'ont mené du Trabendo au Duc des Lombards, du Bataclan au Parc de la Vilette. Respecté dans le milieu du Hip-Hop, Mihuma préfère tracer sa route plus loin, quelque part entre l'underground et l'expérimental. Pour lui, chaque morceau doit être un voyage, un aller-simple. Constamment en mouvement, Mihuma repousse les limites de son flow, ce qui en fait un chanteur unique, un narrapeur. Les chansons "provoc" se mêlent à la poésie, Mihuma l'auteur prenant la plume pour déclamer ses vers en public comme lors du Hermae Festival (Fréjus) en 2016.

En 2014 sort son premier album solo, Les esprits clairs voient dans le noir (IDOL). Réalisé par Mitch Olivier (Renaud, les Rita Mitsuko, Bashung, Doc Gyneco...), on y entend l'accordéoniste de Barbara ou encore l'iconoclaste Francis Lalanne. Le succès modeste de ce bijou rock'n'roll n'a pas découragé Mihuma, bien au contraire. Mihuma retourne au travail, bien épaulé par le guitariste Stefane Goldman (Imany, JP Nataf...), compagnon des tout-débuts. Sa rencontre avec le beatmaker Gyver Hypman, producteur notamment du Saïan Supa Crew, lui a donné l'occasion d'élargir son horizon. Fusion totale des deux univers, zones de confort qui explosent... Le Hip-Hop/reggae de Gyver mêlé à la voix et aux textes de Mihuma a donné naissance à une pièce unique, un son hybride qui fera date dans l'Histoire de la chanson Française : Friture sur la ligne.



Mihuma franchit toutes les limites sur cet EP de 6 titres. Jouant avec les codes, de la pochette au dernier titre. Le narrappeur semble se foutre de tout, et ça marche. Le premier morceau, La Plage, est tout simplement un chef-d'oeuvre ; Sept minutes de descente aux enfers, de folie pure, qui nous plongent au sein de ses émotions les plus denses. On est coincé avec sa voix, qui nous entraîne au fond, au bout du vide. La suite n'est que du voyage émotionnel ; on passe d'un style à l'autre, de la tristesse à la révolte, de l'amour au fou rire... Le tout sur un fond musical inattendu mais toujours bien senti. Mihuma est à l'aise dans tous les styles et compte bien le montrer. A la fin des 25 minutes de Friture sur la ligne, on se demande bien ce qui s'est passé. On reste avec nos questions alors on se remet le disque. Parce qu'on est parti ailleurs...

… Au fond de nous-mêmes.

 

  

Top Titres

Si j'étais peintre 1

Si j'étais peintre

Crimes et sentiments 2

Crimes et sentiments

Le Cœur n'a pas de parole 3

Le Cœur n'a pas de parole

Là-bas 4

Là-bas

L'Ombre d'un doute 5

L'Ombre d'un doute

L'Art de la Séduction 6

L'Art de la Séduction

Dors 7

Dors

Une Larme 8

Une Larme

La plage 9

La plage

Les bombes de l’occident 10

Les bombes de l’occident

Top Albums

Music'all By Black Stamp Music
Music'all By Black Stamp Music
pistes
Music'All
Music'All
pistes
Les esprits clairs voient dans le noir
Les esprits clairs voient dans le noir
pistes

Commentaires (0)

Connectez-vous pour commenter cet article